C’est dans les règles de l’art qu’on trouve l’importance de ce qui doit être fait. Or, ce qui doit être fait n’est pas autre chose que l’appel de l’intérêt général. C’est à travers cet intérêt que tout doit être orienté dans l’optimal.

Quand l’intérêt général est en place, il est possible de tout faire sans égoïsme. Ceci vient du fait que l’intérêt général exige le respect des intérêts légitimes de tous les gens concernés par ce qui est à faire.

C’est l’intérêt général qui donne le ton à ce qu’il est important de faire. Sans ce ton, les gens n’ont pas ce qu’il leur faut pour être en phase avec ce qui fait sens. En effet, ce qui fait sens oblige tout le monde à adhérer au sens, faute de quoi les gens qui n’y adhèrent pas ferment la porte à la réalité!

Comme les règles de l’art sont faites pour protéger le potentiel dans la réalité, il est normal que ce qu’on fait prenne ce potentiel en compte. Sans le faire, ce qui est fait ou dit reste en plan. En plan veut dire ici: sacrifier le potentiel pour « être tranquille ». Or, en pensant être tranquilles, ces gens s’exposent aux conséquences de la mise en place de l’optimal!